The Little Journal

29 juin 2016

La lune est rousse et je pleure de douleur au bord de la fenêtre. La clope au bec, je regarde dans le vide en me demandant ce que tu fais, à quoi tu penses. Penses-tu à moi? Un peu. Beaucoup. Pas du tout. Je ne sais pas. Répond moi. Je t'attend, là, à la fenêtre la clope au bec. La lune est rousse et j'ai mal. J'ai mal au dedans. J'ai mal au coeur. J'ai mal à l'âme. Où es-tu? T'étais là, t'étais là mais t'y es plus. Tu me manques et je me demandes si je te manques aussi. Un peu. Beaucoup. Pas du tout. Dis-moi, que dois-je faire? La lune est rousse, oui, et moi je meurs. La clope au bec, des cendres partout. J'ai plus le goût, plus le goût de rien. T'es parti avec la joie. Tu m'as laissé là. Tu m'as laissé seule. J'ai froid. Je veux tes bras, ton âme, ton coeur, ton sourire, ton odeur, ta voix. T'es où? T'as disparus avec tout les souvenirs, avec les rires et la tendresse. Entre la haine et l'amour je t'aime comme on aime un ami. T'es dans mon coeur, tu y resteras, à jamais. Mais tu reviens pas. T'as pas envie. T'es partir, pour de bon. Je viens de m'en rendre compte. Je viens de me rendre compte que t'étais plus là et que tu reviendra jamais. Que c'était fini pour de bon. Que t'étais passé à autre chose, que tu t'en foutais, que tu ne voulais plus du tout de moi dans ta vie. Plus rien. Le vide. Je viens de m'en rendre compte. La château de carte s'écroule. 

Posté par xphvlie à 14:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Les mots que je ne te dirais jamais...

Si j'en avais le courage, si j'étais forte et si je n'étais pas brisée je te dirais tout cela en face mais là je peux pas. Tu m'as fait du mal, depuis deux semaines tu me fais du mal. Nous n'avons plus aucun échange. Tu sais, je t'ai jamais vraiment dit ce que je pensais de nous par pudeur, par peur et aussi pour ne pas te blesser. Tu es un homme génial, drôle et sensible (peut-être un peu trop) mais j'aimais tout ça. J'ai toujours voulu te protéger. Toujours parce que je protège les gens auxquels je suis attachée. Je ne me suis pas plus impliquée que ça tu sais... J'ai juste été moi-même. Je n'avais peut-être pas ce petit truc qui faisais que j'étais raie dingue de toi mais je voulais pas te perdre. Je voulais pas me retrouver sans toi du jour au lendemain parce qu'avec toi j'étais heureuse j'avias enfin trouvé quelqu'un qui pensais à moi qui était là pour moi et à qui je pouvais tout dire sans avoir peur d'être jugée. Du moins je ne pensais pas que le jour où je trouverais une personne comme toi, elle me laisserait tomber du jour au lendemain parce qu'elle avait peur ou qu'elle était perdue. Je ne comprend pas ta décision, j'essaie simplement de vivre avec parce que je n'ai pas le choix. Tout le monde me dit que je rouverais quelqu'un d'autres, que c'était peut-être voué à l'échec, que je dois passer à autre chose, que je trouverais mieux que toi.. Mais je vais te dire un truc, j'ai pas envie moi de trouver mieux que toi, j'ai pas envie de sortir et de rencontrer d'autres garçons, parce que comme tu m'évites on a pas vraiment mis un point final à tout cela. Moi j'aimerais qu'on se voit, le temps d'un café, qu'on en discutte, qu'on se fixe tous les deux. 

Je suis malheureuse tu sais mais ça va. Ca va parce que je sais que je ne t'ai pas fait du mal. Que j'ai tout fait pour toi. Ca va parce que je vois mes amis, que je prend du temps pour moi. Et même si nos discussions me manques terriblement, je crois qu'il est temps que je me fasse au fait que tu ne reviendras jamais dans ma vie même en tant qu'ami. Je me dis qu'on a fait une belle erreur. Qu'on aurait du rester amis. Qu'on aurait pas dû faire tout ça. Qu'on en serait pas là. Cependant ce que je dit là pourrait être mal considéré. Non. Je ne regrette pas. Je ne regrette rien. Je me suis donnée à toi parce que j'en avait envie, parce que je voulais que ce soit toi, et personne d'autre. Tu sais, tu auras toujours un bout de moi. Toujours. Quoi qu'il arrive. Je voulais te dire que je ne te déteste pas, loin de là. Je t'ai peut-être aimé. Mais aujourd'hui ce qui est certain c'est que je t'aime différement. Je t'aime comme j'aime mes amis. Je veux pas te perdre de vue mais j'essaie de me persuader que ta vie serait peut-être mieux sans moi et que si tu es heureux sans moi alors je me devrais d'être heureuse. J'espère que tu réussiras tout ce que tu décides d'entreprendre dans ta vie parce que tu mérites de réaliser tes rêves et tes buts. Tu mérites d'être heureux. Je ne te cache pas que ça serait compliqué pour moi de te voir avce une autre mais j'aurais jamais le droit de m'y opposer. Puis après tout, je vais pas m'arrêter de vivre.. Même si je trouve cela un peu tôt pour rencontrer quelqu'un, un jour viendra je serais probablement à nouveau heureuse. 

Tout ça je ne te le dirais jamais parce qu'on a plus de contact. Tout cela tu ne le sauras donc jamas. Tu ne sauras pas que je crois en toi et que tu seras toujours le bienvenu dans ma vie. Quoi qu'il en soit merci, pour ce que tu es. Merci pour tout. 

Posté par xphvlie à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]